Le 22 juin 2010 - Lettre ouverte à Monsieur le Préfet de Vaucluse sur l'amiante à Pernes et ailleurs


Monsieur le Préfet,


Le 13 mai 2010, en tant que président de CINEA84, je vous adressais une lettre exposant les motifs sérieux en termes de risques pour la santé publique, de notre refus de voir s’installer à Pernes un enfouissement de déchets d’amiante lié issus de cinq autres départements. Ce procédé est  archaïque, dans une gravière par nature instable au milieu des AOC locales.


Nous insistions sur cette bombe à retardement transmise à nos descendants : l’amiante enfoui ne peut plus être recyclé, et reste dangereux, car il n’est jamais INERTE.


Nous vous exposions des alternatives qui rendent l’amiante inoffensif : destruction à la torche à plasma, en four à ciment, extraction chimique à l’acide chlorhydrique chauffé de ses trois composants, et la méthode de conversion thermochimique britannique.


            Dans sa réponse à notre lettre au Ministre de l’Environnement, Monsieur BORLOO, sa conseillère précise : « Il m’a chargée de saisir le Préfet de Vaucluse… et de vous tenir DIRECTEMENT informés des suites qui lui seront réservées ».

Quatre autres  réponses ministérielles vont dans le même sens.

De son côté le Député de Carpentras, Monsieur FERRAND, appuie notre démarche et s’en est ouvert auprès de vous dès le 22 avril.

Plusieurs communes concernées, à la suite de Pernes, ont pris une délibération unanime s’opposant à cette décharge. D’autres sont en cours. Des conseillers généraux, et une intercommunalité nous soutiennent. Dans toutes ses interventions, l’UDVN soutient notre refus de principe de cet enfouissement.


Dans plusieurs courriers enfin, le directeur de SITA-Sud (Suez Environnement) évoque « Nous allons clôturer nos réflexions sur le dossier… à l’issue de cette réunion, SITA définira la suite OU NON du projet ». Un doute est né. Vous le connaissez. Vous devez y répondre.


            Une fois acquis votre refus, nous nous sommes engagés à participer aux négociations permettant de trouver une autre issue à ce problème massif et en souffrance, faute de volonté politique :  la France, seule en Europe, n’a pas de plan global de traitement INDUSTRIEL (c’est-à-dire valorisant) de ses déchets. Il est temps.


Monsieur le Préfet, dans le calme, les cartes sont sur la table, les arguments ont été déployés, la réunion d’information de Pernes a rassemblé 400 personnes, près de 7000 ont signé la pétition, et la presse régionale a donné un large retentissement à notre action.

            Nous pensons que le moment est venu, avant l’été, d’apaiser définitivement les habitants  en entendant leur demande.


 Vous pouvez y donner suite par votre refus de laisser une telle poubelle instable à fleur de sol, s’installer au cœur Comtat Venaissin touristique, au milieu de ses cultures AOC.


Ne prenons pas ensemble le risque d’un second Tricastin au pied du Ventoux …


Nous vous demandons de recevoir, Monsieur le Préfet, l’expression de notre haute estime.


Le Président de CINEA84.




Ajouté le 22/06/2010 par Le Président de CINEA 84 - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA